Tous les articles par lilijclementine

Lecture d’albums et parentalité – Sommaire du compte-rendu

Ce compte-rendu est également disponible au format pdf :
Lecture d’albums et parentalité – compte-rendu

 

Présentation du dispositif « Premières Pages » dans le Puy-de-Dôme

Le.La tout-petit.e et son parent : histoire d’une relation autour de l’album de jeunesse

Temps de lectures et regards de parents

À la découverte du fonds Christian Bruel

Familles d’albums et albums de famille

Quand l’album relie…

Défense et illustration des albums, ou quand images, textes et/ou voix des livres permettent aux enfants de construire leur imaginaire

Lecture d’albums et parentalité – Présentation du dispositif « Premières Pages » dans le Puy-de-Dôme

Le dispositif « Premières Pages » a été lancé en 2009 par le Ministère de la Culture, à la suite du modèle britannique « Book Start » initié au début des années 1990. Il a pour objectifs de :

  • Réduire les inégalités dans l’accès au livre
  • Sensibiliser les bébés et les très jeunes enfants au livre
  • Favoriser la collaboration parmi les acteur.rice.s du livre et de la petite enfance
  • Valoriser la littérature jeunesse.

La Médiathèque départementale avait déjà comme priorité la petite enfance, avant que « Premières Pages » ne soit mis en place. Elle agissait en effet dans le cadre des compétences départementales d’aide sociale à l’enfance et aux familles et de protection maternelle et infantile, avec pour objectifs de sensibiliser à la lecture dès le plus jeune âge et de permettre l’égalité des chances, notamment en travaillant sur le développement du langage.

Le dispositif « Premières Pages » se compose de plusieurs actions :

  • « Ouvrez, ouvrez les livres aux bébés » : un album est offert à chaque naissance dans le département. L’objectif est de faire entrer le livre dans toutes les familles et d’en faire un objet familier ;
  • « Bambin bouquine » : des formations sont proposées aux professionnel.le.s de la petite enfance et de la lecture publique, notamment pour le développement de projets de territoire ;
  • « Au fil des histoires » : des lectures accompagnées sont réalisées dans les salles d’attentes de PMI afin de toucher les publics fréquentant peu les bibliothèques.

 

Ouvrez, ouvrez les livres aux bébés

Ce dispositif existe depuis 2005 ; depuis ses débuts, plus de 100.000 albums ont été offerts.

Les ouvrages offerts chaque année sont sélectionnés par un concours national auprès des auteur.rice.s et illustrateur.rice.s ayant publié au maximum trois titres ; ce concours reçoit environ 80 participations par an. La sélection s’effectue en deux temps : d’abord, un jury pluridisciplinaire (composé d’élu.e.s, de professionnel.le.s de la lecture publique et de la petite enfance, d’éditeur.rice.s, …) sélectionne cinq projets, puis les Puy-Dômois.es votent dans trois des réseaux départementaux de lecture publique. L’album lauréat est édité par le département et imprimé à 9 000 exemplaires, dont 7 000 vont aux familles et 2 000 aux bibliothèques et aux partenaires.

Cet album est envoyé aux familles par voie postale pour tous les enfants né.e.s ou adopté.e.s, environ trois ou quatre mois après leur naissance ; il est également disponible en version numérique. Cette opération reçoit de nombreux retours très positifs de la part des parents et des professionnel.le.s, mais l’envoi postal ne permet pas une évaluation efficace de son succès.

La Médiathèque départementale continue à réfléchir sur les modalités du choix de l’album ainsi que sur les méthodes de diffusion du livre et d’évaluation du dispositif.

Juju la tortue, de Boris Sabatier, album de 2018 pour « Ouvrez, ouvrez les livres aux bébés » dans le Puy-de-Dôme

 

Bambin bouquine

image de rlv-ennezat.reseaubibli.org

Cette opération a été créée en 2010. Elle consiste en un accompagnement sur trois ans par la Médiathèque départementale auprès des intercommunalités ou territoires qui se portent volontaires, des professionnel.le.s de la lecture publique et de la petite enfance ; l’objectif est de leur apprendre à monter des projets dans ces domaines spécifiques.

Dans le cadre de cette opération, la Médiathèque départementale propose deux jours de formation par an, fournit des ouvrages et des outils d’animation aux bibliothèques, assure un accompagnement personnalisé et met à disposition l’expertise d’une cheffe de projet « Enfance et lecture ».

L’accès à cet accompagnement est assorti de certaines conditions : en effet, pour en bénéficier, les bibliothèques doivent entre autres proposer une inscription gratuite et organiser des séances de lecture.

L’évaluation de cette opération montre que cette dernière crée de nouvelles dynamiques de territoire, ouvre les bibliothèques à plus de partenariats et les encourage à travailler avec d’autres.

 

Au fil des histoires

Cette opération existe depuis 2014 et consiste en des lectures individuelles dans les salles d’attente de PMI, donc auprès d’un public de 0 à 6 ans. Elle a pour but de conduire les parents à prendre conscience des capacités d’écoute de l’enfant et de l’influence de la lecture sur ses futures capacités de langage, en plus de les sensibiliser à la fréquentation des bibliothèques. D’après les parents et les PMI, cette opération est un succès dans le soutien qu’elle propose à la parentalité.

« Au fil des histoires » a d’abord été mise en place dans les Combrailles, avant d’être étendue à tout le département. En 2018, elle a touché plus de 1 400 enfants dans 19 lieux.

Le principe premier de cette opération est de ne pas s’imposer : le livre est en libre accès, la lectrice est disponible pour échanger avec les parents ou faire la lecture à l’enfant.

L’évaluation de cette opération reste cependant à établir : des comptes rendus de séance sont réalisés, mais souffrent de ne pas être encore exploités. De plus, du fait des restrictions budgétaires, cette opération n’a pas encore été pérennisée.

 

Le dispositif « Premières Pages » dispose en 2019 d’un budget de 64 000€ (45 000€ pour « Ouvrez, ouvrez les livres aux bébés », 4 000€ pour « Bambin bouquine » et 15 000€ pour « Au fil des histoires »), dont 10 000€ proviennent d’une subvention du Ministère de la Culture. Il bénéficie aussi d’une cheffe de projet « Enfance et lecture ».

La numérisation des albums sélectionnés par ce dispositif a été lancée il y a deux ans ; tous les albums ne sont donc pas encore numérisés, notamment pour des questions de droits. Cette numérisation est utile, notamment pour les étudiants en ESPE, ainsi que la diffusion vers certains partenaires. Les ouvrages numérisés sont accessibles dans la bibliothèque virtuelle de l’Université Clermont Auvergne qui, dans le cadre d’un partenariat, se charge gracieusement de la numérisation, ainsi que sur le site de la bibliothèque numérique du Puy-de-Dôme.

 

Ce dispositif souhaite non seulement accompagner les premières lectures, mais également soutenir les créateur.rice.s débutant.e.s. Cependant, le constat est que beaucoup de ces artistes ne continuent pas dans la voie de la création ; se pose alors la question d’un meilleur accompagnement et d’une meilleure insertion du dispositif dans la filière du livre, par exemple en travaillant davantage avec les maisons d’édition.

Lecture d’albums et parentalité – Le.La tout-petit.e et son parent : histoire d’une relation autour de l’album de jeunesse

Par Sophie Ignacchiti

Un bébé seul n’existe pas, il est ancré dans une relation à ses parents qui continuent à « porter » l’enfant même dans leur absence. Le tout-petit n’est donc pas seul dans sa relation à l’album jeunesse et la rencontre précoce avec cet objet précieux est imprégnée des relations bâties autour de lui et des transmissions familiales. Le parent par sa présence, sa culture, sa langue, apporte à l’enfant des indices dans la construction de la relation au livre, objet médiateur de relation sociale et porteur de constructions psychiques. Alors comment comprendre le rôle de la relation parent/enfant dans les premières rencontres avec le livre et accompagner cette dyade dans la découverte des richesses de l’album ?

Le.La tout-petit.e n’est jamais seul.e : il.elle est toujours entouré.e d’une famille, d’une fratrie et d’une culture qui participent à sa construction. Le livre fait donc partie de ces éléments.

On entre dans la lecture par la voix du parent, bien que la lecture partagée soit différente selon l’âge de l’enfant et que la place du parent et celle du livre changent. Quoi qu’il en soit, le livre de jeunesse reste un support de la relation parent/enfant. Il permet  également une relation à soi : on comprend ce qui nous fait réagir, ce qui nous fait peur, ce qui nous fait rire.

La pratique de la lecture est inégale selon les parents, qui ont des approches différentes de la lecture, et notamment de la lecture jeunesse, parfois absente, parfois sacralisée et à ce titre hors d’atteinte des tout-petit.e.s. Chez les 0-3 ans, 23% sont sans pratique familiale autour de l’album et 9,3% ne possèdent même aucun livre. Chez les enfants qui connaissent le livre, près de 38% en ont une pratique quotidienne, mais pour près de la moitié d’entre eux.elles cela se limite à un moment le soir, ce qui transforme le livre en un « objet qui sépare l’éveil du coucher ». Certains paramètres font varier les pratiques familiales :

  • L’âge de l’enfant, parfois perçu comme trop jeune pour apprécier la littérature de jeunesse
  • Le manque d’envie et/ou de disponibilité de l’adulte, qui a parfois du mal à prendre un moment pour le consacrer à la lecture
  • Le statut donné au livre par le parent : s’il le considère comme un jeu, alors il n’est pas obligatoire ; si c’est un objet d’apprentissage, il n’est pas utile avant le début de la scolarité ; si c’est un objet sacré, l’accès à l’enfant doit être contrôlé
  • Le rapport du parent à la lecture, ce qu’il veut transmettre de cette relation au livre à son enfant : est-il considéré comme un objet de loisir et de plaisir, un objet purement scolaire, autre ?

Pour l’enfant, le livre a un aspect sécurisant : il est permanent, constant. Il représente un point fixe ; où que l’enfant aille (chez lui, à la bibliothèque, à la crèche), le livre sera toujours le même. Cette sécurité se retrouve également dans l’histoire elle-même : l’enfant sait ce qui va arriver, il peut maîtriser la manière dont il.elle l’accueille.

Dans la relation à l’autre, le livre a davantage une fonction socialisante que le jeu, où l’enfant peut être autonome. De plus, il permet à l’enfant de développer ses capacités d’attention conjointe, puisqu’il partage la lecture d’un livre avec une autre personne, non pas face-à-face, mais côte à côte avec cette personne. Il.Elle appréhende également le concept de référence, où les mots désignent des choses qui ne sont pas forcément visibles ou tangibles.

Le livre met l’enfant en relation avec une culture et fait en effet partie de son environnement : c’est un objet qu’il.elle apprend à connaître au même titre que les autres objets de son quotidien.

 

Au début, la relation au livre est physique : l’enfant touche le livre, le mordille, etc. Ensuite, il comprend que cet objet est différent des autres car il contient des mots, des idées, des images, des histoires. C’est aux alentours de 17 mois qu’il.elle comprend le sens de l’image et positionne le livre dans le bon sens. Le livre passe alors d’un objet commun à un objet de culture. L’enfant ne comprend toujours pas le texte, mais il.elle observe l’image et la met en relation avec ce qui est raconté.

Le livre est un lieu où les langages oral et corporel se développent. Lors d’une lecture, l’enfant bouge, danse, se lève et se rassoit, crie, rit, pleure. L’enfant vit l’histoire, apprend à connaître ses émotions et comprend ce qui fait sens pour lui au niveau psychomoteur. S’il.elle est empêché.e de manipuler le livre, l’enfant se désengage de sa lecture. En le manipulant lui.elle-même, il.elle devient acteur.rice de sa lecture et partage ce moment avec plaisir.

Le livre confronte l’enfant à une autre langue, celle du récit, et à des temps de dialogue. Le livre n’est pas là pour enseigner des mots, mais pour aider à comprendre que la relation aux autres dépend du langage. Le livre contient aussi des univers beaucoup plus vastes que l’environnement quotidien de l’enfant, plus variés en émotions et poésie.

Il importe alors au.à la lecteur.rice tiers.ce de rendre possible la relation parent/enfant autour du livre et d’accompagner le parent à observer son enfant en situation de lecture  et saisir ainsi l’importance du livre pour le.la tout.petit.e.

Sophie Ignacchiti, docteure en psychologie du développement, psychologue de terrain, travaille en collaboration avec plusieurs structures petite enfance dans lesquelles elle accompagne des projets autour de l’accès au livre et de l’organisation des temps de lecture partagée.

Lecture d’albums et parentalité – Temps de lectures et regards de parents

Par Maureen Vasseur

Choisir ses albums, faire une place à chacun, accueillir les réactions et le cheminement de chacun, ouvrir un espace de confiance et de transmission, prendre le temps de la rencontre… Quelques jalons et observations d’une expérience de lectrice pour partager des lectures avec les enfants et avec leurs parents.

Lecture de Le Type de Philippe Barbeau, illustré par Fabienne Cinquin

 

 

L’association « Lis avec moi – La Sauvegarde du Nord » a été fondée il y a trente ans par Juliette Campagne, avec le projet de partager la beauté des textes et des images par des actions dans les centres de Protection Maternelle et Infantile, les Relais d’Assistance Maternelle et les crèches. Aujourd’hui, l’association visite également les bibliothèques, les écoles, les lieux publics et s’installe même sur les pelouses des parcs. L’objectif est d’atteindre les publics éloignés de la culture et des livres par la lecture à voix haute et l’approche du langage du récit.

 

Les actions menées associent les parents aux moments de lecture afin de leur montrer les réactions de leurs enfants, leur faire prendre conscience de leurs propres compétences et ainsi les valoriser en tant que parents.

Le temps de lecture ouvre une fenêtre dans le quotidien. C’est l’occasion de lâcher prise, de libérer des émotions aussi.

Parfois, ces actions permettent une rupture de l’isolement : les gens qui ne fréquentent que les PMI par exemple se retrouvent alors à partager souvenirs et émotions. Elles permettent également de combattre l’injustice culturelle, en suscitant la découverte des textes et des images et en montrant à ces publics qu’eux aussi ont le droit d’accéder à cette culture.

 

 

Il arrive que les lectrices affrontent l’hostilité des parents qui considèrent que le livre est réservé à l’école, en raison souvent de mauvais souvenirs liés à l’institution scolaire. Il est difficile de convaincre des parents non-lecteurs ou ayant des difficultés de lecture, tout en restant non intrusive, notamment dans un contexte de PMI, parfois stressant. En outre, les parents peuvent se sentir dépossédés de leur enfant, lorsqu’il.elle s’éloigne d’eux pour se diriger vers les livres.

Le plus souvent, pourtant, les parents acceptent cette nouvelle situation ; dans ce cas, il s’agit souvent d’une première expérience de lecture. Les parents sont alors confrontés à la surprise de voir leur enfant intéressé.e par la lecture, puis à la joie et à la fierté ; ils se remettent alors à parler à leur enfant – habitude souvent perdue dans les salles d’attente. Ils en viennent à prendre part au plaisir de la lecture, à profiter de ce moment hors du temps et se mettent peu à peu à faire eux-mêmes la lecture à leur enfant. Il est à noter qu’un album sans texte peut tout aussi bien proposer une lecture intéressante, en regardant les images, tournant les pages et observant le livre ensemble.

Pour les parents, c’est donc une redécouverte de la lecture, sans obligation de résultat, ainsi que l’occasion de replonger dans sa propre enfance, même s’il peut être dur de se laisser aller à l’émotion. C’est une étape primordiale, puisque c’est à partir du moment où les parents ont ressenti ce plaisir d’écouter une histoire qu’ils peuvent avoir envie de le recréer pour leur(s) enfant(s).

 

Par ailleurs, un projet de l’association encourage les collégien.ne.s à préparer des lectures d’albums qu’ils.elles présenteront à des enfants en écoles maternelles. En plus de prouver que l’album touche au-delà de la petite enfance, c’est l’occasion pour les parents de découvrir leur enfant sous un angle nouveau.

 

Dans le but d’inciter les parents à visiter les bibliothèques, l’association travaille en réseau avec les bibliothèques et les écoles maternelles notamment, afin de créer du lien partout où vont les enfants. Les PMI relaient les événements organisés dans les bibliothèques, comme les goûters-lectures.

 

Chaque séance de lecture donne lieu à un compte rendu. Étudiés lors de réunions régulières, ils permettent ainsi de comparer les séances et les lieux de pratique, et d’en ressortir les points forts et les pistes d’amélioration. Ils forment également un matériau de réflexion pour l’évaluation du succès de ces actions, et permettent donc de présenter un résultat d’activité lors des demandes de subvention.

Maureen Vasseur est lectrice-formatrice de l’association Lis avec moi-La Sauvegarde du Nord (Hauts de France).

Lecture d’albums et parentalité – À la découverte du Fonds Christian Bruel

Par Hélène Veilhan

Acquis auprès de l’éditeur en 2010 par le master de création éditoriale générale et de jeunesse (CELGJ) de l’Université Blaise Pascal, le fonds Christian Bruel — conservé au centre de documentation de la Maison des Sciences de l’Homme — rassemble l’ensemble des publications des deux maisons d’édition créées par Christian Bruel : Le sourire qui mord (1976-1995) et Être Éditions (1997-2009), soit environ 250 documents imprimés. Il est également composé de documents d’archives, témoins de l’aventure éditoriale de Christian Bruel.

Le centre de documentation de la Maison des Sciences de l’Homme rassemble des fonds documentaires aussi bien généraux que spécialisés à destination des membres des laboratoires qu’elle héberge. Parmi ces fonds spécialisés se trouvent des fonds éditoriaux de littérature de jeunesse dont fait partie le fonds Christian Bruel, acquis pour le Master de Création éditoriale des littératures de jeunesse et générales (CELJG) de l’Université Clermont Auvergne (UCA).

Albums de la maison d'éditions Le Sourire qui Mord
Albums publiés par Le Sourire qui Mord

 

Le projet est de rassembler l’ensemble des publications de plusieurs maisons d’édition ayant marqué la littérature de jeunesse ; pour l’heure s’y trouvent Ipomée, Les fourmis rouges, MeMo et les deux maisons d’édition  fondées et dirigées par Christian Bruel : Le Sourire qui mord et Être. Ce projet répond au besoin d’avoir à disposition le fonds complet d’une maison d’édition pour les étudier et avoir une vision plus précise du paysage de l’édition de jeunesse. La disponibilité de ces ouvrages est en effet mise à mal par les tirages faibles ou les désherbages réguliers des bibliothèques qui rendent certains ouvrages difficiles à trouver puisqu’on ne leur prête généralement aucune valeur patrimoniale. Dans la mesure du possible, ces fonds rassemblent également des catalogues, des affiches et autres ephemera, qui soulignent l’activité d’une maison d’édition.

Albums publiés pas Être Éditions

 

Ces fonds sont décrits dans le catalogue SUDOC avec une dénomination spécifique qui permet d’identifier les documents qui en font partie ainsi que dans le catalogue CALAMES, lorsque des archives y sont associées.

Le fonds Christian Bruel rassemble environ 250 documents, allant des livres publiés par ses deux maisons d’édition à leurs traductions et aux éditions successives d’un même livre, par exemple L’histoire de Julie qui avait une ombre de garçon dont le fonds rassemble huit réimpressions.

Hélène Veilhan, conservatrice au centre de documentation de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand.

Lecture d’albums et parentalité – Familles d’albums et albums de famille

Par Christian Bruel

La famille est le lieu de la reproduction, en de nombreux sens ! Elle est un creuset tant culturel qu’économique, politique, affectif et social. L’ordre des choses s’y trouve, c’est selon, perpétué ou modifiable. Et parce qu’il n’y a pas de psychisme sans représentations, celles de la famille, notamment dans les albums, sont un enjeu important. 
En interrogeant le décalage persistant entre l’omniprésence d’une famille stéréotypée apparaissant comme une évidence naturelle dans nombre des livres pour enfants et la rareté des autres configurations pourtant légion dans la vraie vie, nous mettrons aussi en lumière des œuvres qui ne font l’économie ni du trouble, ni des possibles horizons puisque, comme l’écrivait Gaston Bachelard, « on ne veut bien que ce que l’on imagine richement ».

L’album est un monde qui tourne autour de la représentation (produite ou reçue) ; il participe ainsi au même titre que les médias audiovisuels ou la publicité à la construction de notre vision du monde.

L’album de famille rassemble des photos de toute la famille, parfois agrémentées de commentaires. Il est concurrencé par le numérique, propice à la collection des photos, mais que l’on ne trie pas ni ne range en albums. Pourtant, l’album de famille a une fonction sociale et sentimentale : destiné à l’intimité familiale, il fixe les choses et les solennise. Dans une certaine mesure, il est fictionnalisé : les photos sont triées pour ne montrer que les bons moments ou que certaines personnes.

 

Le jour où Papa a tué sa vieille tante d’Hélène Riff

Cet album présente un travail sur le rapport photo/dessin. Il existe très peu d’albums de jeunesse de fiction en photo, puisque, contrairement au dessin, la photo montre le réel. Encore aujourd’hui, il y a un écart entre la représentation conservatrice de la famille et une tendance à représenter la famille autrement que sous sa forme classique et figée.

 

1000 Familles de Uwe Ommer

Il s’agit ici d’une opération idéologique qui présente des familles à la structure identique dans le monde entier, sans handicap, sans conflit, mais conforme à un modèle que l’on souhaiterait harmonieux et universel.

 

 

Les malheurs d’Elsie de Margret Rettich

Ce livre est remarquable sur plusieurs aspects. Il présente une famille nombreuse, une mère imparfaite, des enfants nu.e.s et de nombreuses péripéties. Il rassemble des éléments que l’on ne trouve guère en littérature de jeunesse.

 

Les papas de la Docteure Catherine Dolto-Tolitch

Cet ouvrage est idéologiquement très contestable et représente un modèle familial très classique. Cette représentation de la famille est remise en question, notamment à partir de 1968.

 

La raison des plus grands n’est pas toujours la meilleure d’Albert Cullum

Cet album montre une représentation plus violente de la famille ; il insiste sur le conflit et ce faisant se place en opposition par rapport à la tendance de la littérature de jeunesse, aujourd’hui encore, de représenter une maternité belle et omniprésente. Cet ouvrage cherche à déconstruire le modèle classique de la famille.

 

Et moi, d’où je viens ? de Paul Walter, Arthur Robins et Peter Mayle

Dans cet ouvrage se trouve une vision non conformiste de la famille. Les corps des parents sont montrés ; il est expliqué qu’ils ne sont pas tous les mêmes et le.la lecteur.rice voit même le nourrissage au sein et une scène de sexe, en mettant des mots sur ces sujets pour les sortir de leur tabou. Un livre qui révolutionne l’image des parents par l’enfant.

 

Marius de Latifa Alaoui Margio, illustré par Stéphane Poulin

Pour l’une des premières fois dans l’album de jeunesse, celui-ci représente l’homosexualité et l’homoparentalité.

 

Renard et Renard de Max Bolliger, illustré par Klaus Einsikat

Dans cet album deux animaux frères présentent chacun un mode de vie opposé : l’un casanier, l’autre vivant de nombreuses aventures.

 

L’heure des parents de Christian Bruel, illustré par Nicole Claveloux

Le personnage animal et central de ce livre est asexué et s’appelle Camille. Il ou elle rêve à des représentations des parents variées : couples homosexuels, parent seul, famille recomposée… Il y a également un jeu avec les détails pour l’enfant-lecteur.rice, qui retrouve dans la double finale les éléments ayant inspiré les représentations des différents couple rêvés.

 

Juju le bébé terrible de Barbo Lindgren, illustré par Eva Eriksson

Ce livre présente l’une des toutes premières familles monoparentales dans l’album de jeunesse.

 

 

 

 

Ce type est un vautour de Sara, illustré par Bruno Heitz

Dans l’album de jeunesse, la plupart du temps, les hommes sont des « papas poules » ou des pères peu impliqués. Dans celui-ci pourtant se trouve l’une des rares représentations d’un homme violent, amant de la mère d’une fillette.

 

 

La vie rêvée de Papa Quichon d’Anaïs Vaugelade

C’est l’une des seules familles très, très nombreuses (73 enfants !). De plus, cet album présente un père qui exprime son désir pour une autre vie, dans laquelle la mère serait absente.

 

 

 

Poule rousse de Lida, illustré par Étienne Morel

Cet album montre un couple rarement représenté dans l’album de jeunesse : en effet, Renard et Renarde, un couple d’animaux adultes, est sans enfants, mais tout de même amoureux et heureux. De surcroît, la fin montre deux femelles (la poule et la tourterelle) s’installer ensemble.

 

Dans l’album de jeunesse pèse un tabou social et religieux sur la représentation de la famille. En 1980 paraît un texte intitulé Il n’est pas facile d’aimer ses enfants de Georges Synders, qui remet en cause l’amour automatique des parents pour leurs enfants ; ce sujet n’est pourtant jamais abordé en littérature de jeunesse, malgré l’importance qu’il peut avoir dans certaines familles et pour certain.e.s enfants.

En littérature de jeunesse, la famille reste très souvent un havre de paix et un lieu de solidarité ; mais peu à peu, on voit des évolutions dans les représentations du domicile familial.

 

La maison dans les bois d’Inga Moore

Il s’agit de l’un des rares livres qui présente une construction non familiale et utopiste. Les animaux sont tous différents, mais vivent en paix ensemble, sans être liés par des liens familiaux.

 

Christian Bruel est formateur sur la littérature de jeunesse, éditeur, auteur et concepteur de nombreux albums.