Lecture d’albums et parentalité – Familles d’albums et albums de famille

Par Christian Bruel

La famille est le lieu de la reproduction, en de nombreux sens ! Elle est un creuset tant culturel qu’économique, politique, affectif et social. L’ordre des choses s’y trouve, c’est selon, perpétué ou modifiable. Et parce qu’il n’y a pas de psychisme sans représentations, celles de la famille, notamment dans les albums, sont un enjeu important. 
En interrogeant le décalage persistant entre l’omniprésence d’une famille stéréotypée apparaissant comme une évidence naturelle dans nombre des livres pour enfants et la rareté des autres configurations pourtant légion dans la vraie vie, nous mettrons aussi en lumière des œuvres qui ne font l’économie ni du trouble, ni des possibles horizons puisque, comme l’écrivait Gaston Bachelard, « on ne veut bien que ce que l’on imagine richement ».

L’album est un monde qui tourne autour de la représentation (produite ou reçue) ; il participe ainsi au même titre que les médias audiovisuels ou la publicité à la construction de notre vision du monde.

L’album de famille rassemble des photos de toute la famille, parfois agrémentées de commentaires. Il est concurrencé par le numérique, propice à la collection des photos, mais que l’on ne trie pas ni ne range en albums. Pourtant, l’album de famille a une fonction sociale et sentimentale : destiné à l’intimité familiale, il fixe les choses et les solennise. Dans une certaine mesure, il est fictionnalisé : les photos sont triées pour ne montrer que les bons moments ou que certaines personnes.

 

Le jour où Papa a tué sa vieille tante d’Hélène Riff

Cet album présente un travail sur le rapport photo/dessin. Il existe très peu d’albums de jeunesse de fiction en photo, puisque, contrairement au dessin, la photo montre le réel. Encore aujourd’hui, il y a un écart entre la représentation conservatrice de la famille et une tendance à représenter la famille autrement que sous sa forme classique et figée.

 

1000 Familles de Uwe Ommer

Il s’agit ici d’une opération idéologique qui présente des familles à la structure identique dans le monde entier, sans handicap, sans conflit, mais conforme à un modèle que l’on souhaiterait harmonieux et universel.

 

 

Les malheurs d’Elsie de Margret Rettich

Ce livre est remarquable sur plusieurs aspects. Il présente une famille nombreuse, une mère imparfaite, des enfants nu.e.s et de nombreuses péripéties. Il rassemble des éléments que l’on ne trouve guère en littérature de jeunesse.

 

Les papas de la Docteure Catherine Dolto-Tolitch

Cet ouvrage est idéologiquement très contestable et représente un modèle familial très classique. Cette représentation de la famille est remise en question, notamment à partir de 1968.

 

La raison des plus grands n’est pas toujours la meilleure d’Albert Cullum

Cet album montre une représentation plus violente de la famille ; il insiste sur le conflit et ce faisant se place en opposition par rapport à la tendance de la littérature de jeunesse, aujourd’hui encore, de représenter une maternité belle et omniprésente. Cet ouvrage cherche à déconstruire le modèle classique de la famille.

 

Et moi, d’où je viens ? de Paul Walter, Arthur Robins et Peter Mayle

Dans cet ouvrage se trouve une vision non conformiste de la famille. Les corps des parents sont montrés ; il est expliqué qu’ils ne sont pas tous les mêmes et le.la lecteur.rice voit même le nourrissage au sein et une scène de sexe, en mettant des mots sur ces sujets pour les sortir de leur tabou. Un livre qui révolutionne l’image des parents par l’enfant.

 

Marius de Latifa Alaoui Margio, illustré par Stéphane Poulin

Pour l’une des premières fois dans l’album de jeunesse, celui-ci représente l’homosexualité et l’homoparentalité.

 

Renard et Renard de Max Bolliger, illustré par Klaus Einsikat

Dans cet album deux animaux frères présentent chacun un mode de vie opposé : l’un casanier, l’autre vivant de nombreuses aventures.

 

L’heure des parents de Christian Bruel, illustré par Nicole Claveloux

Le personnage animal et central de ce livre est asexué et s’appelle Camille. Il ou elle rêve à des représentations des parents variées : couples homosexuels, parent seul, famille recomposée… Il y a également un jeu avec les détails pour l’enfant-lecteur.rice, qui retrouve dans la double finale les éléments ayant inspiré les représentations des différents couple rêvés.

 

Juju le bébé terrible de Barbo Lindgren, illustré par Eva Eriksson

Ce livre présente l’une des toutes premières familles monoparentales dans l’album de jeunesse.

 

 

 

 

Ce type est un vautour de Sara, illustré par Bruno Heitz

Dans l’album de jeunesse, la plupart du temps, les hommes sont des « papas poules » ou des pères peu impliqués. Dans celui-ci pourtant se trouve l’une des rares représentations d’un homme violent, amant de la mère d’une fillette.

 

 

La vie rêvée de Papa Quichon d’Anaïs Vaugelade

C’est l’une des seules familles très, très nombreuses (73 enfants !). De plus, cet album présente un père qui exprime son désir pour une autre vie, dans laquelle la mère serait absente.

 

 

 

Poule rousse de Lida, illustré par Étienne Morel

Cet album montre un couple rarement représenté dans l’album de jeunesse : en effet, Renard et Renarde, un couple d’animaux adultes, est sans enfants, mais tout de même amoureux et heureux. De surcroît, la fin montre deux femelles (la poule et la tourterelle) s’installer ensemble.

 

Dans l’album de jeunesse pèse un tabou social et religieux sur la représentation de la famille. En 1980 paraît un texte intitulé Il n’est pas facile d’aimer ses enfants de Georges Synders, qui remet en cause l’amour automatique des parents pour leurs enfants ; ce sujet n’est pourtant jamais abordé en littérature de jeunesse, malgré l’importance qu’il peut avoir dans certaines familles et pour certain.e.s enfants.

En littérature de jeunesse, la famille reste très souvent un havre de paix et un lieu de solidarité ; mais peu à peu, on voit des évolutions dans les représentations du domicile familial.

 

La maison dans les bois d’Inga Moore

Il s’agit de l’un des rares livres qui présente une construction non familiale et utopiste. Les animaux sont tous différents, mais vivent en paix ensemble, sans être liés par des liens familiaux.

 

Christian Bruel est formateur sur la littérature de jeunesse, éditeur, auteur et concepteur de nombreux albums.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.