Lecture d’albums et parentalité – Temps de lectures et regards de parents

Par Maureen Vasseur

Choisir ses albums, faire une place à chacun, accueillir les réactions et le cheminement de chacun, ouvrir un espace de confiance et de transmission, prendre le temps de la rencontre… Quelques jalons et observations d’une expérience de lectrice pour partager des lectures avec les enfants et avec leurs parents.

Lecture de Le Type de Philippe Barbeau, illustré par Fabienne Cinquin

 

 

L’association « Lis avec moi – La Sauvegarde du Nord » a été fondée il y a trente ans par Juliette Campagne, avec le projet de partager la beauté des textes et des images par des actions dans les centres de Protection Maternelle et Infantile, les Relais d’Assistance Maternelle et les crèches. Aujourd’hui, l’association visite également les bibliothèques, les écoles, les lieux publics et s’installe même sur les pelouses des parcs. L’objectif est d’atteindre les publics éloignés de la culture et des livres par la lecture à voix haute et l’approche du langage du récit.

 

Les actions menées associent les parents aux moments de lecture afin de leur montrer les réactions de leurs enfants, leur faire prendre conscience de leurs propres compétences et ainsi les valoriser en tant que parents.

Le temps de lecture ouvre une fenêtre dans le quotidien. C’est l’occasion de lâcher prise, de libérer des émotions aussi.

Parfois, ces actions permettent une rupture de l’isolement : les gens qui ne fréquentent que les PMI par exemple se retrouvent alors à partager souvenirs et émotions. Elles permettent également de combattre l’injustice culturelle, en suscitant la découverte des textes et des images et en montrant à ces publics qu’eux aussi ont le droit d’accéder à cette culture.

 

 

Il arrive que les lectrices affrontent l’hostilité des parents qui considèrent que le livre est réservé à l’école, en raison souvent de mauvais souvenirs liés à l’institution scolaire. Il est difficile de convaincre des parents non-lecteurs ou ayant des difficultés de lecture, tout en restant non intrusive, notamment dans un contexte de PMI, parfois stressant. En outre, les parents peuvent se sentir dépossédés de leur enfant, lorsqu’il.elle s’éloigne d’eux pour se diriger vers les livres.

Le plus souvent, pourtant, les parents acceptent cette nouvelle situation ; dans ce cas, il s’agit souvent d’une première expérience de lecture. Les parents sont alors confrontés à la surprise de voir leur enfant intéressé.e par la lecture, puis à la joie et à la fierté ; ils se remettent alors à parler à leur enfant – habitude souvent perdue dans les salles d’attente. Ils en viennent à prendre part au plaisir de la lecture, à profiter de ce moment hors du temps et se mettent peu à peu à faire eux-mêmes la lecture à leur enfant. Il est à noter qu’un album sans texte peut tout aussi bien proposer une lecture intéressante, en regardant les images, tournant les pages et observant le livre ensemble.

Pour les parents, c’est donc une redécouverte de la lecture, sans obligation de résultat, ainsi que l’occasion de replonger dans sa propre enfance, même s’il peut être dur de se laisser aller à l’émotion. C’est une étape primordiale, puisque c’est à partir du moment où les parents ont ressenti ce plaisir d’écouter une histoire qu’ils peuvent avoir envie de le recréer pour leur(s) enfant(s).

 

Par ailleurs, un projet de l’association encourage les collégien.ne.s à préparer des lectures d’albums qu’ils.elles présenteront à des enfants en écoles maternelles. En plus de prouver que l’album touche au-delà de la petite enfance, c’est l’occasion pour les parents de découvrir leur enfant sous un angle nouveau.

 

Dans le but d’inciter les parents à visiter les bibliothèques, l’association travaille en réseau avec les bibliothèques et les écoles maternelles notamment, afin de créer du lien partout où vont les enfants. Les PMI relaient les événements organisés dans les bibliothèques, comme les goûters-lectures.

 

Chaque séance de lecture donne lieu à un compte rendu. Étudiés lors de réunions régulières, ils permettent ainsi de comparer les séances et les lieux de pratique, et d’en ressortir les points forts et les pistes d’amélioration. Ils forment également un matériau de réflexion pour l’évaluation du succès de ces actions, et permettent donc de présenter un résultat d’activité lors des demandes de subvention.

Maureen Vasseur est lectrice-formatrice de l’association Lis avec moi-La Sauvegarde du Nord (Hauts de France).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.