Lecture d’albums et parentalité – Le.La tout-petit.e et son parent : histoire d’une relation autour de l’album de jeunesse

Par Sophie Ignacchiti

Un bébé seul n’existe pas, il est ancré dans une relation à ses parents qui continuent à « porter » l’enfant même dans leur absence. Le tout-petit n’est donc pas seul dans sa relation à l’album jeunesse et la rencontre précoce avec cet objet précieux est imprégnée des relations bâties autour de lui et des transmissions familiales. Le parent par sa présence, sa culture, sa langue, apporte à l’enfant des indices dans la construction de la relation au livre, objet médiateur de relation sociale et porteur de constructions psychiques. Alors comment comprendre le rôle de la relation parent/enfant dans les premières rencontres avec le livre et accompagner cette dyade dans la découverte des richesses de l’album ?

Le.La tout-petit.e n’est jamais seul.e : il.elle est toujours entouré.e d’une famille, d’une fratrie et d’une culture qui participent à sa construction. Le livre fait donc partie de ces éléments.

On entre dans la lecture par la voix du parent, bien que la lecture partagée soit différente selon l’âge de l’enfant et que la place du parent et celle du livre changent. Quoi qu’il en soit, le livre de jeunesse reste un support de la relation parent/enfant. Il permet  également une relation à soi : on comprend ce qui nous fait réagir, ce qui nous fait peur, ce qui nous fait rire.

La pratique de la lecture est inégale selon les parents, qui ont des approches différentes de la lecture, et notamment de la lecture jeunesse, parfois absente, parfois sacralisée et à ce titre hors d’atteinte des tout-petit.e.s. Chez les 0-3 ans, 23% sont sans pratique familiale autour de l’album et 9,3% ne possèdent même aucun livre. Chez les enfants qui connaissent le livre, près de 38% en ont une pratique quotidienne, mais pour près de la moitié d’entre eux.elles cela se limite à un moment le soir, ce qui transforme le livre en un « objet qui sépare l’éveil du coucher ». Certains paramètres font varier les pratiques familiales :

  • L’âge de l’enfant, parfois perçu comme trop jeune pour apprécier la littérature de jeunesse
  • Le manque d’envie et/ou de disponibilité de l’adulte, qui a parfois du mal à prendre un moment pour le consacrer à la lecture
  • Le statut donné au livre par le parent : s’il le considère comme un jeu, alors il n’est pas obligatoire ; si c’est un objet d’apprentissage, il n’est pas utile avant le début de la scolarité ; si c’est un objet sacré, l’accès à l’enfant doit être contrôlé
  • Le rapport du parent à la lecture, ce qu’il veut transmettre de cette relation au livre à son enfant : est-il considéré comme un objet de loisir et de plaisir, un objet purement scolaire, autre ?

Pour l’enfant, le livre a un aspect sécurisant : il est permanent, constant. Il représente un point fixe ; où que l’enfant aille (chez lui, à la bibliothèque, à la crèche), le livre sera toujours le même. Cette sécurité se retrouve également dans l’histoire elle-même : l’enfant sait ce qui va arriver, il peut maîtriser la manière dont il.elle l’accueille.

Dans la relation à l’autre, le livre a davantage une fonction socialisante que le jeu, où l’enfant peut être autonome. De plus, il permet à l’enfant de développer ses capacités d’attention conjointe, puisqu’il partage la lecture d’un livre avec une autre personne, non pas face-à-face, mais côte à côte avec cette personne. Il.Elle appréhende également le concept de référence, où les mots désignent des choses qui ne sont pas forcément visibles ou tangibles.

Le livre met l’enfant en relation avec une culture et fait en effet partie de son environnement : c’est un objet qu’il.elle apprend à connaître au même titre que les autres objets de son quotidien.

 

Au début, la relation au livre est physique : l’enfant touche le livre, le mordille, etc. Ensuite, il comprend que cet objet est différent des autres car il contient des mots, des idées, des images, des histoires. C’est aux alentours de 17 mois qu’il.elle comprend le sens de l’image et positionne le livre dans le bon sens. Le livre passe alors d’un objet commun à un objet de culture. L’enfant ne comprend toujours pas le texte, mais il.elle observe l’image et la met en relation avec ce qui est raconté.

Le livre est un lieu où les langages oral et corporel se développent. Lors d’une lecture, l’enfant bouge, danse, se lève et se rassoit, crie, rit, pleure. L’enfant vit l’histoire, apprend à connaître ses émotions et comprend ce qui fait sens pour lui au niveau psychomoteur. S’il.elle est empêché.e de manipuler le livre, l’enfant se désengage de sa lecture. En le manipulant lui.elle-même, il.elle devient acteur.rice de sa lecture et partage ce moment avec plaisir.

Le livre confronte l’enfant à une autre langue, celle du récit, et à des temps de dialogue. Le livre n’est pas là pour enseigner des mots, mais pour aider à comprendre que la relation aux autres dépend du langage. Le livre contient aussi des univers beaucoup plus vastes que l’environnement quotidien de l’enfant, plus variés en émotions et poésie.

Il importe alors au.à la lecteur.rice tiers.ce de rendre possible la relation parent/enfant autour du livre et d’accompagner le parent à observer son enfant en situation de lecture  et saisir ainsi l’importance du livre pour le.la tout.petit.e.

Sophie Ignacchiti, docteure en psychologie du développement, psychologue de terrain, travaille en collaboration avec plusieurs structures petite enfance dans lesquelles elle accompagne des projets autour de l’accès au livre et de l’organisation des temps de lecture partagée.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.